LA BATAILLE DE BEAUMONT - 14 Janvier 1871 -

Envoyer Imprimer PDF

La Bataille de Beaumont  - 14 janvier 1871 -

D'après les notes de M. HURON - Ancien Secrétaire de Mairie -

D'après les notes de l'Abbé L. BESNARD - Ancien Curé de Beaumont -

Lors des cérémonies commémoratives du 8 mai et du 11 Novembre, nous nous recueillons quelques instants auprès des tombes des soldats morts lors de la guerre de 1870- 1871. Mais peut-être vous êtes vous posé la question : pourquoi dans notre cimetière? C'est que notre Commune fût le théâtre d'une des dernières batailles de cette guerre.

Le 12 Janvier 1871, alors que la bataille du Mans était terminée, l'armée de Chanzy se repliait sur Laval. La guerre était finie pour beaucoup de combattants. Et pourtant, Beaumont sur Sarthe devait connaître; 2 jours plus tard, une de ses journées les dramatiques.

Ce fait, à peine cité par quelques historiens, mérite d'être relaté.

Depuis Novembre 1870, la ville était sur pied de guerre. La Garde Nationale sédentaire, sur les instructions du Préfet de la Sarthe, est réorganisée, armée et assure gardes et patrouilles.

Le conseil municipal qui a reconnu « le gouvernement de Défense Nationale comme régulièrement constitué jusqu'à la fin de la guerre » prend toutes dispositions pour le cas où les Prussiens viendraient jusque dans la région.

Une ambulance est installée à l'hospice - rue de la Gare -et une autre à l'école des garçons - rue de St Pierre - où de nombreux blessés sont conduits.

Plusieurs, d'ailleurs y décèdent, soldats des 56 ème et 72 ème Régiments d'infanterie de Ligne, Gardes mobiles, Zouaves. Les uns sont originaires de Loire-Inférieure, d'autres su Midi ou de la région parisienne.

Début Janvier 1871, « le Colonel BOURMEL, qui commande les mobilisés de la Mayenne et les forces militaires de la région de Pré-rn Pail s'attend à l'arrivée des Prussiens à Beaumont. Il veut faire sauter le pont suspendu ( inauguré en 1846 ) à la suite de la déroute du Mans. Le 3 Janvier, il faut que Monsieur DUMANS, Maire de Beaumont, lutte contre lui, malgré la menace d'un révolver, pour empêcher l'exécution des ordres du Colonel BOURMEL. Les ouvriers, commandés par celui-ci firent semblant de creuser quelques trous aux abords du Pont, puis sur les conseils du Maire, cachèrent leurs outils.»

Les Prussiens, effectivement, se dirigeaient vers Beaumont. Tandis que les soldats du Prinz Frédéric- Charles poursuivaient l'armée de Chanzy vers Laval, ceux du Grand-Duc de Mecklembourg, se dirigeant vers Alençon, arrivèrent aux environs de Beaumont le Samedi 14 Janvier.

Très tôt, ils étaient à la Croix-Verte où s'établit le contact avec les mobiles chargés de la défense de Beaumont. Un premier combat eut lieu au Sud de la rivière avec des tués, des blessés et des prisoniners.

Tandis qu'une colonne se dirigeait vers Orthon et une autre vers Beaurepaire, le gros de l'armée prussienne tente d'investir la ville

.    « Mais ils ne s'aventurèrent point sur la Pont suspendu qu'ils croyaient effectivement miné. C'est par le vieux pont de pierre qu'ils s'engagèrent dans la Ville, puis par la Grande Rue qu'ils durent sabler pour permettre à leurs canons de monter cette rue qui était gelée ».

C'est alors que s'engagea un violent combat. Les Gardes mobiles de la Mayenne et de l'Orne,chargés de défendre la Ville et commandés par le Capitaine adjudant Edmond Pichot, ouvrirent le feu sue les assaillants dès la grande rue ( rue Albert Maignan ) et la bataille se continua jusqu'à ce que la ville fut complètement investie.Nous n'avons que peu de détails sur ce qui se passa en ville, mais, des maisons furent incendiées, à la Mairie des registres et d'autres papiers furent brûlés, sans compter les vols, pillages et autres saccages.

Combien y eut-il de morts tant Français que Prussiens ? Nul ne le sait, car ils furent inhumés dans 2 fosses communes au cimetière de la Ville : une pour les Français et une pour les Prussiens. Ces 2 tombes, réunissent les ennemis d'hier, ont toujours été entretenues de même façon et le même soin par toutes les municipalités belmontaises.

Le Capitaine Edmond Pichot, âgé de 37 ans, fut une des première victimes de cette journée,  « tué d'un coup de feu vers 9h30 dans la Grande Rue ». Un Garde mobile de Gorron, en Mayenne, Paul Gestau, 34 ans, semble avoir été une des rares victimes identifiées. Il le fut, six mois plus tard, le 23 Juillet par son frère Constant qui « ayant été autotisé à faire ouvrir les fosses . . .  le reconnut grâce à la chemise qu'il portait ».

Il y eut des prisonniers, sans doute, mais aussi des blessés qui furent transportés aux ambulances de l'Hospice et de l'école des garçons. Plusieurs y décédèrent par la suite, dont nos registres d'Etat-Civil gardent les noms: Pascal Cornu, Jean Mulot, François Lefeuvre, Prosper Rousseau, Louis Gontier, Marin Moutier,, Joseph Saulnier, Gardes mobiles de la Mayenne, Alexis Rosseignol, Eugène Porte, Gardes mobiles de l'Orne, Auguste Bellais, Gardes mobiles de la Manche.

Nous n'avons pu retrouver aucun nom de soldats prussiens tués au cours de cette journée du 14 Janvier. Au cimetière, la tombe des soldats prussiens tués en 1870-1871, ne porte qu'un seul nom : « Henrich Freiherr von HEIMROD, lieutenant im Inf Reg n° 83 gefallen vor Beaumont sur Sarthe den 14 Janvier 1871 » . les circonstances de la mort de cet officier prussien sont assez obscures On dit qu'il poursuivait à cheval un « mobile » qui venait de conduire à l'ambulance de l'hospice un officier français blessé. Ce mobile s'enfuyant ensuite vers le chemin de la courbe, l'officier prussien, sur les indications qui lui furent données, parti dans cette direction. On entendit bientôt un coup de feu et quelques instants plus tard, le cheval revint seul vers la ville, portant des traces de sang.

La ville de Beaumont devait payer très cher ces actes de résistance et d'hostilité envers l'occupant. Outre les sévices que n'avaient pas manqué de faire subir les prussiens à la population, la ville fut le jour même « frappée par l'ennemi d'une énorme contribution en nature ( d'un montant de 10 000 franc or ) qui était livrée le Dimanche 15 Jnvier à 6heures du matin, sous les Halles ». Le même jour, la ville de Beaumont était soumise à une contribution en argent de 60 000 francs  et les prussiens prirent 8 conseillers municipaux comme otages. Devant leur refus de céder, ils furent emmenés à Alençon et ne furent libérés que le 18 Janvier, la somme exigée ayant pu être réunie et versée le 17 Janvier, à Alençon, au Trésorier du Grand-Duc  de Mecklembourg.

La ville de Beaumont a enfin été mise à contribution en nature, entre le 14 Janvier et le 21 Février pour un montant de plus de 50 000 francs, sans compter la nourriture des troupes, comme en témoigne le registre des délibérations du Conseil Municipal.

Lorsque le 19 Février suivant, le Maire de Mamers demanda la participation de la ville de Beaumont au versement d'une somme de 450 000 francs qui devait être versée par les principales villes de l'arrondissement le 23 Février, le conseil Municipal jugea impossible cette participation étant les importantes contributions en nature et espèces dont il avait été frappé depuis le 14 Janvier. Tels sont les faits qui marquèrent cette dramatique journée à Beaumont.

Ces évènements de janvier 1871 ne doivent pas nous faire oublier le choc terrible qui opposa au début d'Août 1870 l'Armée française à l'Armée de BISMARK avec notamment l'héroïque charge de REICHSHOFFEN. Au nombre de ces valeureux soldats, à qui les Prussiens rendirent hommage, se trouvait un enfant de Beaumont, le sou-lieutenant Henri NOUAUX, fils d'un mèdecin de notre ville, ancien Saint Cyrien, et qui fut tué ce 6 Août 1870 à la tête de ses chasseurs. Un monument rapportant son sacrifice se trouve au cimetière de Beaumont. Il repose  à 1 km au Sud de Freoschwiller dans cette terre des Vosges qui l'a vu mourir.

Pour en savoir plus cliquez sue les liens en bleu.

Article de : Jean Marie Foussard

Maire Honoraire

 

Plan du site